Au moment où j’écris ces lignes (17 décembre 2020), le S&P500, le Nasdaq et le Bitcoin viennent de faire des nouveaux plus hauts historiques. Le Dax lui n’est plus qu’à 1%. Ca ne peut que monter ! Le rally de fin d’année semble inéluctable.

Las, l’histoire, notamment boursière, nous montre que souvent les choses ne se passent pas totalement comme prévu. Pourquoi ?

Parce qu’on se focalise sur ce qui marche (ici les indices américains), et on généralise au reste. Si tout va bien aux US, relativement bien en Allemagne, c’est un signal pour la planète entière. Or, les économies sont interconnectées. Le prouve l’impact de la crise Covid de mars 2020 : tout allait bien et pourtant les indices ont perdu entre 30 et 40% en quelques semaines.

On cherchera donc à trouver (s’il existe) un maillon faible, économiquement et boursièrement. En effet, si on n’observe que ce qui fonctionne, on aura un biais trop positif, on verra le verre complètement plein alors qu’il est peut être déjà à moitié plein voire à moitié vide!

Fort de cette logique, en cette fin d’année, on pourra donc suivre attentivement un indice en retard comme l’IBEX, qui est à plus de 15% de ses plus hauts de mars 2020 (le CAC est à 10% par exemple), d’autant que l’Espagne a été durement touché par la crise sanitaire.

On pourra également suivre des indices sectoriels en retard tels que les banques.

Il faut se rappeler qu’en 2007, alors que tout le monde sortait le champagne car les indices faisaient de nouveaux plus hauts historiques, des petits malins avaient repéré la fragilité du système hypothécaire américain.

Toujours chercher le maillon faible!!

Chercher le maillon faible

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *